Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Chorus, Agence immobilière PARIS 75012

L'actualité de CENTURY 21 Chorus

Pourquoi les Quinze-vingts ? parceque 300 !

Publiée le 14/03/2012

L’histoire desQuinze-Vingts, devenu aujourd’hui le Centre Hospitalier National d’Ophtalmologie, remonte au Moyen-âge. C’est Saint-Louis, de retour de croisades en Terre Sainte, qui décide de fonder une congrégation non religieuse, mais obéissant à une règle commune. Pourquoi le nom de Quinze-Vingts ? Parce que 15 x 20 = 300, hors Saint-Louis était revenu du Moyen-Orient avec 300 de ses compagnons devenus aveugles, tristes victimes des réverbérations du soleil. La congrégation s’installe à l’origine au 155 rue du faubourg Saint-Honoré.

Le site de la rue de Charenton, avant d’être occupé par les Quinze-Vingts, va connaître une autre affectation prestigieuse... Sous Louis XIII, en 1622, la compagnie des Mousquetaires du roi est créée, en référence aux mousquets qui les arment au lieu de carabines. En 1633, une deuxième compagnie, appelée les "mousquetaires noirs" est instituée en référence aux chevaux noirs qu’ils montent. Une caserne est alors dessinée et achevée rue de Charenton en 1707 par l’architecte Robert de Cotte. Elle comporte alors 32 chambres, 14 antichambres et même une salle de billard. Sans doute par raison d’économie, Louis XVI supprime ces deux compagnies en 1775 et la caserne est mise en vente peu après.

C’est le célèbre cardinal de Rohan, grand aumônier de France - celui qui sera impliqué dans l’histoire du collier de la reine Marie-Antoinette - qui l’acquiert pour y installer un nouvel hospice destiné aux Quinze-vingts. Il eut le mérite d’y créer le premier une clinique pour le traitement des yeux.

Après la Révolution Française, l’institution passe sous contrôle de l’Etat. En 1880, on adjoint une clinique ophtalmologique de 25 lits, sous l’égide du directeur, A. Péphan. Hélas, l’hôpital du XVIIIe siècle est détruit en 1959. Il subsiste tout de même l’élégant pavillon d’entrée, orné de sculptures et de pilastres, la chapelle (datant en grande partie du XVIIe siècle) dont deux vitraux représentent Saint-Louis et Saint-Antoine, et enfin une ancienne auberge située au 24bis de la même rue.

Dans la cour, les nouveaux bâtiments qui abritent depuis 1957 l’hôpital sont un bon exemple de Modernité en architecture, avec un élégant mur pignon où le béton forme une résille qu’on peut qualifier de "baroque moderne". Les Quinze-Vingts sont aujourd’hui à la pointe de la recherche et des soins en ophtalmologie.

Franck Beaumont

Notre actualité